Mâture et gréement de La Favorite

Comme pour la coque, nous ne sommes pas en mesure de donner les dimensions exactes des mâts et des vergues de La Favorite puisqu’il n’en existe pas de plan. Nous avons donc travaillé à partir de documents concernant d’autres frégates de la même époque. Les calculs d’interpolation donnant des valeurs cohérentes, nous en présentons ici les résultats.

Un trois mâts à 4 mâts

La Favorite est un 3 mâts carré (le beaupré, bien qu’étant un mât, n’est pas comptabilisé comme tel). Toutes ses voiles sont carrées (en réalité trapézoïdales) et servent à la propulsion sauf la voile d’artimon qui est latine (triangulaire) et assiste le gouvernail dans la remontée au vent ou les virements de bord. Vers la fin du 18e siècle, ce type de voile d’artimon sera peu à peu remplacé par une voile aurique (trapézoïdale dans l’axe du navire). Chaque mât est composé de plusieurs éléments de section de plus en plus réduite en montant dans les hauts. Mais, pour des raisons de solidité, ils se chevauchent en partie.
Ainsi, le grand mât repose sur la quille et dépasse le pont de 46 pieds environ et le grand mât de hune est positionné au-dessus et en avant du grand mât avec 10 pieds de recouvrement. Il culmine donc à environ 75 pieds au-dessus du pont.

Mâture frégate
Mâture d’une frégate au début du 18e siècle

Il est probable que les mâts de perroquet, plus fragiles n’aient été mis en place qu’en cas de besoin par petit temps. Quand ils sont démontés, les mâts de perroquet et leurs vergues sont rangés sur le pont et les voiles correspondantes dans les soutes à voile.

Dimensions estimées du gréement
Grand mât23.00 m
Grand mât de hune13.60 m
Mât de grand perroquet6.80 m
Grande vergue17.15 m
Vergue de grand hunier12.90 m
Vergue de grand perroquet volant9.20 m
Mât de misaine22.20 m
Mât de hune de misaine12.00 m
Mât de petit perroquet6.20 m
Vergue de misaine15.20 m
Vergue de petit hunier11.70 m
Vergue de petit perroquet volant9.00 m
Mât d’artimon20.50 m
Mât de hune d’artimon10.00 m
Vergue de fougue12.00 m
Vergue de perroquet de fougue9.70 m
Beaupré14.70 m
Bout-dehors10.10 m
Vergue de civadière12.00 m

Une grande surface de toile

La frégate est un navire assez largement toilé, ce qui lui permet vitesse et manœuvrabilité. Dans la cas de La Favorite, le journal de bord nous montre bien que l’ensemble des voiles est rarement utilisé simultanément. En fonction des besoins de virements de bord, de l’accompagnement de bateaux plus petits, de la santé de son équipage, de la force du vent ou de l’état de la mer, le capitaine est souvent amené à naviguer sous une voilure limitée aux voiles majeures : grand voile et grand hunier sur le grand mât et misaine et petit hunier sur le mât de misaine. C’est un bon compromis pour préserver le navire en conservant une vitesse acceptable.
En effet, plus le nombre de voiles utilisées est important, plus les manœuvres de réglages ou de virement de bord réclament une main d’œuvre nombreuse.

Voilure frégate
Voilure d’une frégate du 18e siècle
La Favorite n’utilise que rarement toutes ses voiles
Dimensions estimées des voiles
Grand-voile203 m2
Grand hunier180 m2
Grand perroquet58 m2
Misaine246 m2
Petit hunier162 m2
Petit perroquet52 m2
Ourse d’artimon81 m2
Perroquet de fougue52 m2
Civadière56 m2
Contre civadière21 m2

Les voiles, très lourdes, étaient réalisées en toile de chanvre et leur manipulation représentait un travail épuisant. C’était une raison supplémentaire pour ne pas multiplier les augmentations ou diminutions de voilure sauf pour une durée significative.

Construction

Construction

Equipage

Équipage

Vie à bord

Vie à bord