Retour de Gorée au Sénégal

Le capitaine de Sanguinet a livré sa cargaison en approvisionnement et passagers pour Gorée et a reçu de nouveaux ordres : il doit retourner au Sénégal.

Le journal de bord vous est présenté ici sous une forme simplifiée et souvent reformulée afin d’en permettre la lecture à ceux qui ne sont pas familiers du langage marin. Certains mots, soulignés en tiretés permettent l’accès à un lexique. Il suffit de placer le pointeur dessus. Chaque jour est accompagné d’un commentaire qu’il suffit de déplier (signe +) ou replier (signe -) selon les besoins. La version intégrale du journal avec les extraits quotidiens du manuscrit est disponible en téléchargement au format pdf.

Lundi 26 Août 1743

26/08/1743

A 2 heures après midi, j’ai fait, désaffourcher et embarquer la chaloupe pour appareiller pour le Sénégal.

Mercredi 28 Août 1743

28/08/1743

A 3 heures après midi, je suis venu à bord avec le sieur Rebory, auparavant employé principal au comptoir de Gambie et passager pour le Sénégal.
A midi ¾, j’ai appareillé d’un vent de Nord-Nord-Ouest.
A 6 heures du matin, les Mamelles au Nord-Est à 6 lieues.
Par le relèvement, je vois que les courants m’ont porté dans le Nord-Ouest.

Jeudi 29 Août 1743

29/08/1743

A 6 heures du soir, le Cap-Vert à l’Est à 5 lieues. Il parait 2 rochers comme 2 vaisseaux. Il y a une longue chaîne de rochers. C’est de cet endroit que je prend mon point de départ.

Vendredi 30 Août 1743

30/08/1743

Je me suis aperçu par la vue des Petites Mottes que les marées seraient dans le Nord-Est. C’est pourquoi j’ai gouverné au Nord jusqu’à 5 heures du matin où j’ai fait gouverner au Nord-Est pour me rapprocher de la terre. Pendant la nuit, j’ai fait sonder plusieurs fois jusqu’à midi et trouvé de 115 brasses jusqu’à 65.
A la vue des Petites Mottes, les courants portent au Nord.

Samedi 31 Août 1743

31/08/1743

Calme, cependant le vaisseau fait 1/3 de lieue par heure au Nord-Est par la force de la lame. A 1 heure après midi, j’ai aperçu un mondrain qui ressemblait à un vaisseau qu’on a d’abord pris pour la Fière. A 6 heures du soir, j’ai sondé par les 55 brasses. A 8 heures 48 brasses. A 8 heures du matin 64 brasses.

Dimanche 1er Septembre 1743

01/09/1743

Le temps calme et voyant que les courants portent au Sud-Sud-Ouest, à 1 heure j’ai mouillé un grelin par les 57 brasses. À 4 h½ appareillé et gouverné jusqu’à 10 heures où j’ai mouillé de nouveau par 13 brasses. À 5 heures du matin j’ai appareillé encore une fois. 1/2 heure après, j’ai eu reconnu la Fière. J’ai mouillé par 22 brasses. A 6 heures du matin, j’ai fait les signaux auxquels elle a répondu. A 7 heures, elle a salué de 7 coups de canon que j’ai rendu. Il y avait 2 bateaux de barre à son bord
Suivant mon estime, je serais de quelques minutes (de latitude) trop au Sud. Je compte partir demain si j’ai la brise.

Lundi 2 Septembre 1743

Fin Voyage 3

A 2 heures après midi, j’ai appareillé. J’ai gouverné à l’Est jusqu’au mouillage. A 3 heures ½, j’ai mouillé par 12 brasses. Il est venu un bateau de barre dans lequel je suis allé à terre, au Sénégal, avec le sieur Maugueret, mon officier que le Conseil me demande ainsi que tous les passagers.

Mercredi 4 Septembre 1743

Fin Voyage 3

Est arrivé en rade le bateau qui est parti le même jour que moi de Gorée. Hier, le Conseil Supérieur a reçu le sieur Maugueret pour commander la frégate la Fière, le sieur Béhourd ayant été démonté.
Ce matin est arrivé un vaisseau de Nantes, l’Aurore, capitaine le sieur Tuon.
La Compagnie m’a envoyé ordre de prendre une cargaison de noirs pour le compte de monsieur Michel de Nantes pour les porter à Léogane à l’adresse de messieurs Sohel et Michel, les correspondants. Ledit vaisseau est en partie chargé d’agrès et apparaux pour mon vaisseau, un supplément de vivres, comme aussi ceux pour les noirs que je dois prendre. Voilà un grand changement auquel je ne comptais nullement, qui ne me fait pas plaisir.

Vendredi 6 Septembre 1743

Fin Voyage 3

Le Conseil a envoyé un des conseillers avec le sieur Maugueret pour le faire reconnaître et prendre possession du commandement de la frégate la Fière pour son retour en France.

Dimanche 15 Septembre 1743

Fin Voyage 3

La frégate la Fière est partie sur les 3 heures et demi du soir et a salué de 5 coups de canon qu’on lui a rendu. J’ai fait faire mes cloisons et monter mes futailles. Je reçois aussi quelque vaisseau chaque jour de ce vaisseau (l’Aurore) pour le mien et, sitôt que les cloisons seront montées, je ferai mon eau.


Retour vers le Sénégal
Retour au Sénégal

Cette carte montre la côte telle qu’elle était connue à l’époque (en noir) comparée à la réalité (en couleur).

Le passage du Cap-Vert pose moins de problème au capitaine dans ce sens puisqu’il l’a à vue dans la 1ère partie du parcours. Il sait donc à quel moment il peut virer pour prendre la direction du Sénégal. Pour autant la direction et la force du vent lui impose une allure générant une certaine dérive et il préfère s’éloigner de la côte en navigant vers le Nord. La fin du parcours est ponctuée de plusieurs changement de cap et montre sa difficulté d’arriver jusqu’au mouillage.