Précédent
Suivant
Lettre adressée le 20 mars 1744
par le Capitaine de Sanguinet 
à la Compagnie des Indes à Lorient

Journal

La favorite 
Messieurs 
J'ay eu l'honneur de vous Escrire par le Vaisseau la renommée1 de nantes Capitaine Le Jeune Faÿer par lequel marquois mon arrivéé a léogane2 du vingt huit decembre avec quatres cents soixantes un noirs restant de cinq cents sept que j'avais en partant de gorée Suivant les factures qui vous ont Eté adressé des deux differents comptoirs du senegal, je vous aÿ aussi marqué que pendant ma traversé qui a Eté de quarante Jours Javois eu le malheur de perdre Beaucoup de noirs et beaucoup de malades par L'escorbut quils avoient dans la masse du sang Et plusieurs de blessée mal guerrie, ce qui Cest declarré une fois à la mer çe que Je ne pouvois prevoir de venir a concequençe ! 
Je vous ay donné avis des mauvaises chicannes que çes MeSSrs de gorée monts faits à l'occazion de cette carguaison ou jeü mieux aymé Faire deux traittes à la coste de guinéé que touttes les tracasserie qu'il ma Fallu Essuÿer ; 
dans la regulation qui çest Faitte icy Je eü d'autres àltercations avec Mrs les arbittres qui ne me paraissoient pas beaucoup porté pour vos Interets çependant il en a fallu passer par leurs deçisions, et la Compagnie gagneroit Beaucoup plus de leurs en faire livraison au senegal ou d'Envoyer pour Son Compte les derniers noirs malades que Ses Messrs ont vendue un mois après Louverture de la vente ont Eté à cinq cents livres pieces et le total du tout à quatres cents Vingt quatres milles Livres Il y à qu'elques frais mais peü suivant çe que j'en aÿ pü savoir ! 
J'ay actüellement trois cents Barriques de sucre à bord. Comme le Correspondant fautte de recouvrement ne peut me fournir que trois cents qu'arante a cinquante Barriques de sucres Je Compte partir au quinze d'avril, 
J'aÿ perdüe depuis un mois mon maitre thonnelier et ay Eté obligé d'en prendre pour qu'elques Journeé et des Calfats les miens ayant Eté malades, Je fais faire le Biscuit convenable pour l'a traversé qui coutent bien Bien cher de façon et quinze pour cent de diminution sur la Fa(???)e qui est la regle dans çe maudit paÿs. 
Je Feray en Sorte de vous Causer le moindre de depense que je pouraÿ J'ay eü de mes offrs malades et en aÿ Encorre Je Suis convenüe de les faire mettre dans une maison qu'on à Loüé pour cet Effet et leurs faire donner En outre les Vivres ordinaire quarante cinq sols par Jour çe qui convient mieux que de donner des douzes et quinzes Livres par jours comme on avoit ordinaire cy devant. Je crois que Vous ne desaprouverés pas ma Conduitte. 
Il men deSerté quatres hommes jusqua çe jour assez mauvais Sujets la compagnie nÿ pert Rien. 
Je ne trouve pas le Sucre beaux et cependant bien cher. 
M. Mariany mordonne de repasser le Sr Bechourd dont je me f... Bien passé 
Je vous demande la Continuation de vos Bontés Estant d'un Tres profond respect, 
Messieurs, 
Votre tres humbles et tres ôbeissant Serviteur 
Desanguinet 
En Rade du Cul de Sac le 20e mars 1744 
Les Vaisseaux Englois Croissent 
Continüellement Sur cette Coste Il y 
En à eü un de 72 Canons trois Jours a léoganne 
avec une fregatte ont mis 300 noirs à terre,
Passer le pointeur de la souris sur le texte pour en obtenir la traduction
Notes : 
Allusion à son courrier du 15 janvier 1744.
Le capitaine mentionne son arrivée à Léogane et non Cul-de-Sac puisque c'était la destination initiale que lui avaient donnée les représentants de la Compagnie.
Commentaires : 
On voit bien à quel point le capitaine est soucieux de se déresponsabiliser des problèmes rencontrés. Ses arguments le placent toujours en défenseur des intérêts de la Compagnie, la carrière des officiers étant entièrement dépendante de la hiérarchie. Le zèle du capitaine de Sanguinet lui vaudra de se voir attribuer par la suite des commandements de navires plus importants sur des navigations vers l'océan indien.