Précédent
Suivant
Journal

19 mai 1744
Passer le pointeur de la souris sur le texte pour en obtenir la traduction
Mardy 19e. voyant le mauvais temps Continue, Je fis amener le mats de peroquet de fougue* Bas et Bon prelat partout1, leau entroit partout Sur le pont mais le Vau est Bon et ne fait point deau2, le vent de SO a Continué Jusqu'a Six hres du Soir avec la meme force et la mer afreuse, Jai Conduit avec la misaine* et le grand hunier*, tout bas, a la routte de l'EnE 2d N Jusques a 6 hres du Soir
que Jai fait -------------------------------------------------------- 22L⅔  
Ensuite de 6 a 8 hres a l'E¼nE fait ------------------------- 6L 
(coup de vent de SO Jusques a 9 hres du Soir tres violent ) 
meme tems a 9 hres ½ Il a calmé mais la mer Grosse, Jai fait hisser le Grand hunier*, metre la grand voille*, le Grand foc* Et grande voile deté3 pour Soulager un peu le Vau qui fatiguoit Beaucoup, les vents etant veneu du ono et no,  
(Varon* NO 9d 30 ) 
plus Beau et clair de 8 hres du Soir a 8 hres du matin routte
a l'EnE --------------------------------------------------------------- 21L 
de 8 a midy celle du nE¼E vent de nno ------------------- 6L 
touttes les differentes routtes me donent l'EnE 4d ½n 56L⅓  
Lattitude observée N ------------------------------------------- 42d 25 
Lattitude estimee N -------------------------------------------- 42d 27 
Longittude arrivée --------------------------------------------- 336d 02 
Jai fait metre un petit hunier* neuf en vergue*, lautre ne vallant rien et fait regrëer le mats de peroquet de fougue*.
Notes : 
1 Les ponts n'avaient pas toujours l'étanchéité suffisante par grosse mer. De plus, les descentes permettant d'accéder à l'intérieur du navire et les écoutilles étaient autant de voies de pénétration de l'eau à chaque fois qu'une vague recouvrait le bateau. On utilisait alors des prélarts (grosses bâches) pour pallier cette vulnérabilité en recouvrant tout ce qui était susceptible de laisser passer l'eau. 
2 Sa coque est bien étanche. Par gros temps, les forces exercées en compression, torsion etc... sur le navire provoquaient souvent des voies d'eau. 
3 la grande voile d'étai : voile triangulaire placée entre le mat de misaine et le grand-mât
Commentaires : 
  • On perçoit bien ici toute la sollicitude du capitaine pour son navire. Dans la tempête, il prend soin d'adapter la voilure et même la mâture pour le soulager en ne conservant que le petit hunier. Il en découle évidemment des manœuvres épuisantes et dangereuses pour l'équipage mais sur ce plan, le capitaine ne dit mot. 
  • Quand le vent le permet de nouveau, il renvoie de la toile pour que le bateau soit moins soumis à la seule force des vagues. Trop toilé, le navire risquait de se coucher et de devenir dangereux, sous-toilé et par grosse mer, il roule énormément et d'autres dangers apparaissent, notamment pour la mâture qui fatigue. Le petit hunier, trop fatigué par ce dernier coup de vent, doit être changé.