Précédent
Suivant
Journal

19 avril 1744
Passer le pointeur de la souris sur le texte pour en obtenir la traduction
(depart du cul de Sac a 3hres du matin pour france) 
Dimanche 19e. hier au Soir les 5hres Je vins a Bord avec le Correspondant de la Compnie des Indes, qui me remit tous le papiers Concernant mon expedition, a 6hres jai fait desafourcher*, et a 3hres du matin, avec la Brise de terre de lest, tres faible, jai aparaillé gouverné au NNO pour passer au nord des illes de la madelaine1, les ayant doublé jai arrivé2 au no et ono, le vent renforçant toujours. a 5hres jetois N de la petite, je dis le plus S des Illes de Larcaë**3 
(routte jusques a midy le NO 1d N chemin 11L)  
au Soleil du relevement, la pointe Basse de leogane** a OSO et SO¼O distance de 6L, lisllot le plus nord au SE¼E 3L, la plus4 au SE¼S 4L, la pointe Basse de Larcaë** NO 2d O 3 a 4L, a 7hres ¾ veu les Islots de Larcaë** la plus Sud au NE¼N 2L, la pte la plus n de la Gonave** O¼NO 4d N 4L, de 10hres ½ a midy Il a calmé tout plat, lislot la plus S De Larcaë** SE¼E 5d S 4L⅓, la pointe de St marc** au NO¼n 5d O. La pte la plus ouëst de la Gonave** a louëst 5d N, la plus est au SSO.
Notes : 
1 Il s'agît très vraisemblablement des îlots au fond de la baie qu'il fallait contourner pour atteindre le mouillage. Le capitaine les mentionne déjà le 30/12/1743 à son arrivée. Il en est fait mention dans les ouvrages de l'époque sur la navigation du secteur sans qu'il leur soit attribué un nom. Nous n'en avons pas trouvé la toponymie actuelle. 
2 Il serre moins le vent d'Est en abattant pour prendre le vent plus par l'arrière. 
3 S'il s'agît bien des îlets Arcadins, cela montre que le capitaine donne cap et distance parcourue à partir de sa carte. En effet, les informations qu'il nous délivre ne sont pas transposables en l'état sur nos cartes modernes et nous avons dû faire quelques hypothèses pour reconstituer sa route véritable. 
4 Il manque un terme cardinal, probablement S
Commentaires : 
  • La Favorite reprend enfin la mer après plus de trois mois d'immobilisation à Saint-Domingue. Cette fois, elle est en configuration de navire marchand, chargée de barriques de sucre à destination de la France. 
  • Le phénomène de brise de terre et de brise de mer est très utile en navigation à la voile dans ces secteurs. Les variations de températures au cours des cycles jour/nuit ne se fait pas à la même vitesse à terre et en mer. Les échanges avec l'atmosphère se font donc de façon décalée. La nuit, la mer réchauffe l'air et crée ainsi une petite dépression qui aspire l'air venant de terre. Les pêcheurs utilisent cette brise pour partir en mer. Peu à peu, le système s'essouffle au fur et à mesure que le soleil réchauffe le sol et s'inverse en fin de journée, ce qui permet de rentrer, toujours au portant*. 
  • Les relèvements ne sont pas tous cohérents, encore une fois. Il est possible que le capitaine indique des distances prise sur sa carte (relativement fausse). 
  • Les recommandations de navigation de l'époque étaient de ne pas craindre de s'approcher de la côte de St Domingue mais d'éviter celle de la Gonave** où les fonds sont moindres.