Précédent
Suivant
Journal

2 avril 1744
Passer le pointeur de la souris sur le texte pour en obtenir la traduction
Le 2 avril a 2hres apres midy est arrivé le Vau Laffriquain de larochelle, venant de la cote de Juda danamatoü1 chargé de 408 noirs Capne Camille maré, Il ma dit navoir pas veu lemployé que la Compnie y avoit envoyé, et que le fils du roy y etoit mis Comme les autres noirs du païs ; a 1 hre apres minuit, le Vau le conquerant est parti pour leogane**.
Notes : 
1 Anamabou (actuellement Anomabu) est une ville de la côte de l'actuel Ghana d'où partaient, au 18ème siècle, de nombreux navires négriers.
Commentaires : 
  • Anamabou, sur la Côte de Juda était sous domination anglaise. Début 1744, la guerre entre la France et l'Angleterre n'était pas encore déclarée (malgré un conflit relatif à la Succession d'Autriche dans lequel les deux pays sont militairement engagés dans des camps opposés - voir le Contexte Politique) et les relations commerciales avec les territoires tenus par les Anglais étaient encore possible. Néanmoins, la Compagnie des Indes n'y étaient sans doute pas aussi bien implantée qu'au Sénégal, par exemple. La difficulté à retrouver sur place l'employé de la Compagnie illustre assez bien la précarité de la présence française. 
  • Parmi les captifs figurerait le fils d'un roi local, peut-être capturé et asservi par une tribu rivale. Pour le négrier, un captif acheté est un esclave parmi les autres. Cependant, au sein de la population noire déportée, les hiérarchies antérieures à la captivité ont souvent continué à se manifester, même après la déportation, et certains captifs pouvaient avoir conservé, de ce fait, une grande autorité sur leurs congénères.