Précédent
Suivant
Journal

13 décembre 1743
Passer le pointeur de la souris sur le texte pour en obtenir la traduction
Vendredy 13e. de lest a l'E¼NE, petit fraix, tems a grenasse1, et pluÿe grasse, signe des aproches des Islles, et veu Baucoup doiseaux fait Gouverner a louëst et O¼SO. Jusques a 10hres ½ que jai eu Conessce d'un Batiment devant moy qui faisoit le N¼NE, tribord au vent, Jai Continué ma routte une demi hre, comme je comptois luy parler pr savoir sil debouquoit2 des Islles dantigues3 ou dautres, pour massurer de mon point, le d.4 Vau a viré de Bord au SSO, nen etant qu'a une liüe Jai fait de meme en metant mon pavillon, et tiré un coup de Canon, mais voyant quil mecartait, je mis a route qui me vaut le S¼SO 4d S chemin -------------------- 35L  
Lattitude observée N ------------------------------------------------- 19d 48  
Lattitude estimée N -------------------------------------------------- 19d 45  
Longittude arrivée --------------------------------------------------- 319d 34  
(† Jean bruneau de Conquernau en Bretagne) 
hier sur les 5hres du Soir, mourut le nomé jean Bruneau de Conquerneau qui Setoit trouvé a Bord au départ de lorient, caché dans le Vau.
Notes : 
1 averses 
2 s'il arrivait 
3 Antigua** 
4 ledit vaisseau
Journal du capitaine Pierre-René Behourd
du vandredy 13e  
depuis hier midy a aujourdhuy midy Les vents on Regné de Leste a E¼NE bon fray bon temps. La mer houleuse   
Singlée a O¼SO 4d oueste 35L. et a midy prenant hauteur La Route estimée ma valeu Le oueste 5d sud chemin estimé ------- 35L  
Latt observé Nord ------------------------------------------------------ 19d 43  
Longt estimé ----------------------------------------------------------- 319d 32  
† du jeudy il a décédée le nommée josephe pruneaux de concarneaux agée de 18 a 20 ans qui cest cachée dans Le navire et ne cest trouvée quapres avoir perdeu La terre de veu mort de fievre maline et escorbut sur les 10 h du vandredy du matin nous avons veu un navire Sur Lavant a Nous, Nous avons cherchée a luy parlée mais nous navons peu dautant quil avoit un autre Route que Nous et quil Nous auret fait perdre trop de chemin.
Commentaires : 
  • Après une traversée de l'océan, le capitaine n'est pas suffisamment sûr de son estime et la confirmation de son point par un navire qui n'a encore que peu d'erreur de route est précieuse. 
  • La rencontre avec un vaisseau inconnu était toujours porteuse de risque éventuel pour l'un ou l'autre. Outre le fait que la guerre pouvait avoir été déclarée et que le vaisseau rencontré pouvait donc être un ennemi, il fallait aussi s'attendre à rencontrer des pirates ou des contrebandiers. La Favorite pouvait apparaître à certains comme un vaisseau de trop belle taille et trop bien armé pour ne pas être dangereux ou du moins un peu inquiétant. C'est peut-être la raison pour laquelle le vaisseau rencontré a préféré faire demi-tour à l'approche de La Favorite plutôt que d'engager le dialogue. Ce bâtiment était donc au plus près du vent (6 quarts), tribord amure. D'un point de vue tactique, un virement de bord aurait pu lui permettre de continuer à progresser en obligeant La Favorite à se détourner pour le joindre. Mais cette manœuvre demandait beaucoup de temps à cette époque et les « manques à virer » étaient fréquents. Il était donc plus prudent pour lui d'abattre en grand (de descendre au vent). 
  • La procédure de reconnaissance est suivie : mise en place du pavillon pour afficher sa nationalité et coup de canon (généralement sans boulet) pour attirer l'attention, l'équivalent actuel d'un coup de sirène. 
  • Le capitaine imagine que ce navire pourrait venir d'Antigua parce qu'il se croit plus loin qu'il n'est en réalité. Il est plus probable que le bâtiment en question vienne de plus loin, plus au sud. Il serait également intéressant de savoir où il allait. Compte tenu de son cap et du fait qu'il serrait le vent, il remontait probablement vers l'Europe.