Précédent
Suivant
Journal

29 novembre 1743
Passer le pointeur de la souris sur le texte pour en obtenir la traduction
Vendredy 29e. Les vents variables du N au S passant par lest toujours de la pluÿe et calme, la mer Belle gouverne* a ONO, Je fais grater1 tous les 2 Jours, parfumer, je leur done de lhuile de palme pour se frotte et du poivre pour leur mange quils aiment Bien2, je fais de tout mon mieux pour les faire rejouir3,  
(Variation NO 3d° lattde est 16d 53 N 344d de Longitude)  
la route me vaut le ono 2d n ch -------------------------------- 11L½ .
Notes : 
1 on comprend que les captifs ont le corps enduit d'huile de palme et que tous les deux jours on gratte cette huile pour nettoyer la peau comme le faisaient les Romains, en utilisant un strigile. Les humeurs malignes étaient censées être ainsi éliminées. 
2 la formulation est un peu confuse, mais on comprend qu'il ajoute des épices pour qu'ils aiment bien ce qu'ils mangent, et donc mangent davantage. 
3 que l'on pourrait exprimer de façon moderne en disant qu'il fait de son mieux pour leur redonner le moral. 

Journal du capitaine Pierre-René Behourd
Du vandredy 29e 9bre 
depuis hier midy aujourdhui midy, Les vents on été variable du SSE au NE, et ESE par foy petit vents Ensuite petit vents, Le temps sombre et pluvieux, La mer belle singlée au NO 2 d Nord 1 L. ONO 11 L. et a midy, et a midy, La Route estimé ma valeu Le ONO 3 d oueste chemin estimé --------------------------------------------------12 L 
Latt estimé Nord --------------------------------------------------------- 16d 57 
Longt estimé --------------------------------------------------------------344d 49
Commentaires : 
  • Depuis plusieurs jours La Favorite avance très lentement, faute de vent suffisant et on peut imaginer que cette progression ralentie devait ajouter à l'inquiétude du capitaine. 
  • Le fait d'ajouter des épices (plus vraisemblablement du piment que du véritable poivre) à l'alimentation des noirs est un signe d'une grande préoccupation, compte tenu de la valeur de ces ingrédients au XVIIIème siècle. 
  • Le capitaine est inquiet de voir que les noirs ne mangent pas assez. S'ils sont maigres et en mauvais état, leur valeur va diminuer. Il s'agit donc de les faire manger par tous les moyens.