Précédent
Suivant
Journal

20 novembre 1743
Passer le pointeur de la souris sur le texte pour en obtenir la traduction
Mercredy 20e. vents de l'E¼NE au NNE, Bon fraix, la mer Belle, le tems Beau, singlant* a toutes voilles Je tiens la route du ouëst qui ma valeu, qui ma valeu (deux fois) le O 5d S chemin ----- 39L25  
Lattitude estimée N --------------------------------------------------- 13d 42  
Lattitude observée N -------------------------------------------------- 13d 40  
Longittude arrivée ----------------------------------------------------- 355d 56  
(N°5 et 6 noyés agé de 20 ans, marqué 3 sur lepaulle droite)  
A 8hres du matin, deus Captifs, etant aux Comodites1, ce sont Jetés a la mer, etant coules sur le champ ils sont a ce que ma assuré dautres de poulards2, sur le moment, on ma averti quils avoint Comploté de faire revolte ,et aparement, leur dessein etoit de nous atirer sur le devant, voulant sauver ses deux negres, pour faire leur coup, mais je men suis deffié, et y faisant passer que peu de monde qui nont rien veu, Jai fait chercher les chefs, leur ai fait un grand palabre3 devant tous les autres noirs, ensuitte leur ai fait metre deux paires de fers et Bien fouëtté par les autres, qui ont dit que cetet Bien fait, cependant je men deffie4, jai eu toutes les peines du monde, a les rasasier deau.
(Je fais renforcer les sentinelles)
Notes : 
1 aux toilettes, donc probablement au-dessus de l'eau, d'où la tentation de profiter de l'occasion pour tenter de se jeter à l'eau et d'essayer de rejoindre le rivage à la nage. 
2 Il s'agit de Peuls dont la langue s'appelle le « Pular » 
3 La barrière de la langue rendait nécessairement la communication difficile. Mais le ton du "palabre" suivi d'une punition spectaculaire devait sans doute valoir tous les longs discours. 
4 je m'en méfie
Journal du capitaine Pierre-René Behourd
du mercredy 20  
(deux noir qui se sont jete a mer)  
depuis hier midy a aujourdhuy Les vents on Regnée du NE a E¼NE et ensuite au NE bon fray baux temps. La mer belle singlée a oueste 40L et a midy La Route estimée ma valeu Le O¼SO 1d oueste chemin estimé 40L. Sur les 8h du matin il cest jetée a La mer deux negre pandans La priere du matin.  
Latt observé Nord --------------------------------------- 13d 38m  
Longt estimée ------------------------------------------ 355d 35m  
Route corrigée le O¼SO 1d oueste chemin Estimée 43L½ 
Latt estimé Nord ----------------------------------------- 13d 44m
Commentaires : 
  • La hantise du capitaine négrier était la rébellion des captifs. Il faut comprendre que l'équipage d'environ 70 hommes dont des mousses très jeunes, même armés, n'aurait guère fait le poids en cas de révolte générale des 500 noirs. Les histoires de vaisseaux ayant connu semblable situation devaient circuler dans le monde des navires négriers. Le journal de bord de La Gloire, frégate de la Compagnie des Indes, également de 400 tonneaux, sous le commandement de Jean-Jacques de La Chaise, décrit le cas dramatique d'une révolte des captifs sur un navire anglais rencontré en septembre 1742 au Sénégal. L'exemple devait être encore dans les mémoires. 
  • Le navire négrier était aménagé pour cantonner les captifs sur l'avant. Une palissade les séparait de l'équipage et, surtout du gaillard d'arrière où se trouvait le commandement avec les armes. Le capitaine imagine que tous les captifs étaient complices de la tentative d'évasion et qu'ils ont sciemment simulé un début de révolte pour attirer l'équipage vers l'avant tandis que les deux hommes tentaient de s'enfuir par l'arrière. Il prétend ne pas être tombé dans le piège et ne pas avoir totalement dégarni l'arrière, ce qui aurait pu être une faute. 
  • Il est clair que le capitaine veut marquer son autorité et indiquer qu'il n'hésitera pas à recourir à la brutalité s'il l'estime nécessaire. D'où cette mise en scène qui peut sembler particulièrement barbare. On observe également que le capitaine joue avec habileté sur les dissensions entre les captifs. Pour finir, en distribuant généreusement de l'eau à boire, il parvient à ramener le calme. 
  • Le fait de disposer de deux journaux de bord nous permet de disposer d'un double regard sur cet épisode et d'une façon plus générale sur la vie à bord et la navigation. Les écarts d'appréciation en disent long sur le caractère approximatif et subjectif des informations contenues dans ces journaux, y compris quand il s'agit de la position du vaisseau.