Précédent
Suivant
Journal

18 novembre 1743
Passer le pointeur de la souris sur le texte pour en obtenir la traduction
(depart de Gorée** pour leogane** a 5hres du soir) 
Lundy 18e. Les vents du NNE au NE, grand fraix, La mer Grosse, tems Beau, a 2hres après midy, Jai fait desafoucher*, tenir a Jet1 du NO ; ce matin, Jai arivé a Bord avec un Employé et un detachement, pour faire, la visite ordre2, a 10hres Embarqué le Bau et me suis tint prest pour àpareille, Lorsquil aura calmé.
Notes : 
1 tenir à jet : Tenir le bateau avec seulement un ancre à jet.
2 visite ordinaire. Il s'agit de la visite habituelle qui n'est pas justifiée par un événement exceptionnel (avarie...)

Journal du capitaine Pierre-René Behourd
du lundy 18 9bre1 1743  
Sur Les 5h du soir2 nous avons apareyée de La Rade de gorée** ayant une cargaison de captif estant de 507 teste de captif tant malle que femme  
Les vents au NNE bon fray beau temps. Nous avons mins En Route au SO sur Les 6h du soir Nous avons Relevée Lille de gorée** qui Nous Restoit au NNE 5d este 2L. Le cap manuele** au Nord 1L½ Les illes de La madelaine** au NO¼N 2L.
Notes :
1 novembre
2 17:00 le 17 ou le 18 ? Le journal de bord allant de midi à midi, le capitaine de Sanguinet note la date du jour d'écriture. Le départ est donc noté le 19 novembre chez lui. Le capitaine Behourd semble ne pas adopter la même règle. Par exemple, il note sous la date du 11 septembre 1742 le décès d'un

Commentaires : 
  • Tout laisse penser que le capitaine de Sanguinet n'a pas participé à la sélection des noirs qu'il a embarqués. C'est probablement la Compagnie qui en a négocié l'achat. 
  • Le capitaine se fait accompagner d'un employé de la Compagnie et d'un détachement (quelques soldats pour assurer l'ordre) pour effectuer la visite avant de donner les ordres d'appareiller. Dans les transports négriers, les armateurs engageaient des sommes considérables parce les profits étaient, eux aussi, considérables. Vu les sommes en cause, il n'était pas surprenant que le capitaine fasse une dernière visite en présence d'un représentant des armateurs, mais il était maître à bord et les représentants de la Compagnie n'avaient autorité qu'à terre.
  • Le capitaine Béhourd, ancien commandant de La Fière, démis de son commandement par une décision de la Compagnie, a été embarqué sur La Favorite. Étrangement, il a emporté son journal commencé sur La Fière et dont la denière entrée date du 16 août. A partir du 18 novembre, il reprend sa mise à jour quotidienne, mais cette fois avec les événements à bord de La Favorite. La lecture d'un deuxième témoignage sur cette partie du voyage est du plus grand intérêt. La transcription du journal de Pierre-René Béhourd est reprise, à partir de ce jour, à la suite de celle du capitaine de Sanguinet.