Précédent
Suivant
Journal

15 septembre 1743
Passer le pointeur de la souris sur le texte pour en obtenir la traduction
Dimanche 15e.
(depart de la fiere)  
vents de NO au NNO tems a Grains, la fregatte la fiere, a parti Sur les 3hres et demi du soir, et a salué de 5 Coups de Canon quon luy a rendeu, Jai fait faire mes Cloisons1 et monter mes futailles2, Je reçois aussi quelque Vau chaque Jour de ce Vau pour le mien3, et sitost que les pieces seront montées faire mon eau4.
Notes : 
1 il s'agit des séparations installées dans la coque de La Favorite pour "parquer" les lots de noirs.  
2 Les tonneaux destinés à stocker l'eau douce en quantité bien supérieure à ce qui était nécessaire pour l'équipage seul 
3 La formulation est un peu confuse. On ne comprend pas bien ce qu'il veut dire. Il fait sans doute allusion au transfert de vivres et de matériel de L'Aurore vers La Favorite. Ce n'est pas la seule fois, loin s'en faut, que le capitaine semble écrire un mot pour un autre. 
4 Les futailles installées il faut les remplir, Il s'agit de faire des provisions d'eau douce en quantité suffisante pour la traversée, vraisemblablement aux alentours de 100 m3.
Commentaires : 
  • On imagine volontiers que l'échange de coups de canon saluant le départ de La Fière, commandée par l'ancien second lieutenant de La Favorite, a pu être coloré d'une émotion particulière. 
  • La cargaison d'esclaves représente une grande valeur qu'il ne s'agirait pas de perdre en manquant d'eau. Mais tous ces tonneaux remplis d'eau pèsent lourd et jouent un rôle de lest. Comme La Favorite est déjà lestée avant que le remplissage des tonneaux commence, l'opération consiste à évacuer un poids de lest égal à celui de l'eau que l'on charge.