Précédent
Suivant
Journal

4 septembre 1743
Passer le pointeur de la souris sur le texte pour en obtenir la traduction
Mercredy 4e Les vents au ono, grand fraix mer Grosse ; est arivé en rade, le Batau qui a parti le meme jour que moy de Gorée, hier le Conseil Supérieu a receut le S maugueret pour comander la fregate, la fiere, le S Behoud ayant ete demonté ; 
(arrivée de laurore de nantes a M ryardan1 pr prendre des noirs)  
ce matin est arrivé un Vau de nantes laurore capne le S Tuön ; la Compagnie ma envoyé ordre de prendre une Cargaison de noirs, pour le Compte de M michel de nantes pour les porter a leogane a ladresse de Mrs Sohel et Michel les Correspondants ; le d. Vau2 est en partie chargé dagres* et apareaux* pour mon vaissau, un Suplement de vivres, comme aussi ceux pour le noirs que Je dois prendre ; voila un grand changemt auquel je ne Comtés nullement, qui ne me fait pas plaisir.
Notes : 
1 L'Aurore, frégate de 200 tonneaux, avec 35 hommes d'équipage et 12 canons arrive de Nantes après avoir été affrétée par la Compagnie des Indes. Elle est commandée par le capitaine Jean Tuon, tandis que Etienne Rirdan en est le propriétaire. 
2 Ledit vaisseau, celui dont on vient de parler, c'est-à-dire L'Aurore
Commentaires : 
  • L'Aurore arrive de Nantes avec, dans sa cale, de quoi transformer La Favorite de navire de marchandise en navire négrier. On verra plus loin qu'un navire effectuant le commerce triangulaire (voir ce chapitre) devait être très polyvalent car à chaque partie de son voyage, il était totalement transformé par les charpentiers. 
  • Gabriel Michel (1702-1765) de Nantes fait partie de l'une des 3 familles de négociants nantais les plus impliquées dans la traite négrière avec les familles Grou et Walsh. Parfois rivales, parfois associées, elles avaient établi des comptoirs à Saint-Domingue pour ne laisser à personne d'autre le soin de vendre leur précieuse cargaison. 
  • Le grand changement qui ne fait pas plaisir au capitaine est le fait qu'il était peut-être parti de Lorient avec l'espoir de rallier le Sénégal et de rentrer à Lorient. Outre le voyage beaucoup plus long, prendre un chargement d'esclaves à destination des Caraïbes est une responsabilité importante notamment en raison des risques de mortalité, de rébellion, etc. A moins qu'il ait espéré faire le voyage des Indes... Mais sa déception peut être aussi lié au fait qu'on lui retire Pierre-Léon Maugueret, un officier de valeur puisqu'il est désigné pour commander La Fière, et qu'on lui demande de prendre à son bord le capitaine Behourd, dont les qualités personnelles ont conduit le Conseil à une sanction grave... On remarquera que le capitaine de Sanguinet ne fait aucune mention de ce passager encombrant qu'on lui impose.