Précédent
Suivant
Journal

6 juin 1743
Passer le pointeur de la souris sur le texte pour en obtenir la traduction
Jeudy 6e. vent au O mediocre, il tombe un grand serrain1 qui est tres mal sain ; a 3 hres Jai parti pour le senegal* ; le Batau pour Gorré** a aussi parti ; Je suis arrivé a 7 hres du soir, ai eté salué Mrs du Conseil, 
Notes : 
1 serein : vapeur froide & maligne qui tombe au coucher du soleil
                                      (source dictionnaire de l'Académie française 1694)
Commentaires : 
  • La Favorite mouille à la barre, c'est à dire face à l'embouchure du fleuve Sénégal. La barre est un obstacle naturel de sable et de vases situé dans l'estuaire. Voici ce qu'en dit le Révérend Labat, missionnaire, en 1728 : 
    "Ce passage a quelquefois une demie lieuë de large, mais il est fermé par une digue de sable mouvant que l'on appelle Barre, dont le trajet est très difficile & très dangereux, à cause du peu d'eau qu'il y a dessus. Elle est formée par les vases & les sables que la Riviere emporte avec elle dans ses débordemens, & que la Mer repousse continuellement vers la terre. Cela suffiroit pour rendre son embouchure impraticable ; mais la violence du mouvement de la Rivière, & la pesanteur de ses eaux y font deux ouvertures, & c'est proprement ce qu'on appelle les passes de la barre. La plus grande a pour l'ordinaire cent cinquante à deux cens brasses de largeur, & depuis une brasse & demie jusqu'à deux brasses, c'est-à-dire dix pieds de profondeur (la brasse est de 5. pieds mesure de paris). Il s'en faut beaucoup que cette profondeur suffise pour des Bâtimens même médiocres, il ne peut passer que des Barques de 40 à 50 tonneaux qui ne tirent que six pieds d'eau au plus, le surplus leur étant necessaire pour le tangage qui est rude sur cette barre, où il s'élève des lames très grosses, courtes, & qui se brisent d'une manière qui épouvente ceux qui n'y sont pas accoutumez." 
  • Les messieurs que le capitaine va saluer sont les représentants de la Compagnie des Indes, ses employeurs donc, et il vient naturellement à la fois au rapport et aux ordres.